L’accident vasculaire cérébral (AVC)

L’accident vasculaire cérébral (AVC)

 

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est provoqué par l’interruption ou la forte diminution de la circulation sanguine dans un ou plusieurs territoires du cerveau. C’est un accident plus rare chez le chat que chez le chien.

avc

On reconnait deux grands types d’AVC :

  • L’AVC dit ischiémique ou encore infarctus cérébral : provoqué par une obstruction de vaisseaux sanguins qui empêche donc le passage du sang vers les territoires irrigués par ces vaisseaux.
  • L’AVC dit hémorragique : il y a rupture d’un vaisseau sanguin entraînant une hémorragie dans le cerveau et parfois autour.

Toutes les affections qui peuvent provoquer des hémorragies ou des obstructions sont donc susceptibles d’entraîner un AVC : citons par exemple certaines affections cardiaques, certaines affections respiratoires, les traumatismes crâniens, des spasmes des artères cérébrales, des tumeurs cérébrales, l’hypothyroïdie, l’intoxication aux raticides anticoagulants, anévrysmes etc…

Il faut savoir que même si l’on rencontre plutôt l’AVC chez le chien âgé, il peut survenir à tout âge.

Il existe des races prédisposées :

  • Aux AVC ischiémiques : les épagneuls bretons, les caniches, les cavaliers king charles, les greyhounds.
  • Aux AVC hémorragiques : les bergers allemands, les labradors, les dobermans.

Les signes qui doivent vous alerter et vous inciter à appeler le vétérinaire le plus vite possible :

  • Troubles brutaux de l’équilibre ; marche instable, tête penchée, tourner en rond, incapacité brutale à se tenir debout.
  • Mouvements anormaux des globes oculaires.
  • Difficultés à avaler.
  • Convulsions, coma.

Au bout de 3 minutes sans oxygène, les cellules nerveuses commencent à se détériorer. D’où l’importance d’une prise en charge rapide.Si vous constatez les signes décrits ci-dessus, veuillez contacter notre vétérinaire de garde d’urgence.

 

En médecine humaine,l’accident vasculaire cérébral reste une maladie grave, aux conséquences toujours dramatiques avec un risque de décès de 20 à 30 % au premier mois et la nécessité de placement en institution en raison du handicap chez plus de 10 % des survivants. Le pronostic à moyen et à long terme dépend essentiellement du degré de l’atteinte. Le risque vital se prolonge bien au-delà de la période aiguë puisque la mortalité à un an atteint près de 40 %.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_vasculaire_c%C3%A9r%C3%A9bral

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*