La mise bas chez la chienne

La mise bas chez la chienne

 

Les signes précurseurs de la mise bas chez la chienne

 

La semaine qui précède la mise-bas s’accompagne généralement d’une modification du comportement de la chienne.Celle-ci s’approprie différents objets pour faire son nid ,se met en quête d’un endroit tranquille ou au contraire recherche la compagnie de son maître.
La diminution de l’appétit, la constipation ou les développements mammaire sont les signes inconstants surtout chez les primipares chez qui la montée de lait ne s’effectue parfois que le jour de l’accouchement,voire même dans les jours suivants la naissance.

Dans les 3 jours précédant la mise-bas,la vulve gonflée se relâche sous l’effet de l’imprégnation oestrogénique,ce qui provoque parfois chez la chienne des manifestations de fausses chaleurs.

La température rectale chute de 1 degré dans les 24 heures pré partum: il est possible d’utiliser cet indicateur à condition de prendre la température de la parturiente matin et soir dans les 4 jours précédant la date présumée de l’accouchement.Une chute de 1 degré par rapport à la moyenne des quatre jours précédents signale alors l’imminence de la mise bas.

la mise bas chez la chienne 1
En concomitance de la chute de température,il y a une chute de la progestéronémie.
Enfin,l’écoulement du bouchon muqueux qui provient du col de l’utérus prévient de l’imminence de la mise bas:il précède de quelques heures les premières contractions .

 

La mise bas chez la chienne

 

La surveillance de la période périnatale commence par la visite vétérinaire prénatale qui est indispensable pour les primipares ou dans le cas d’une femelle à risque.Elle devra être effectué dans la 8e semaine de gestation.
la mise bas chez la chienne 2
Un examen gynécologique de la chienne permet de déceler d’éventuels obstacles à la mise à bas.
La présence de brides vaginales chez les primipares peut en effet perturbé l’expulsion des chiots.
Une ou plusieurs radiographie abdominale permettent pendant cette période de dénombrer les foetus avec plus de précision que par échographie.Cet examen permet en outre de déceler d’éventuels des anomalies qui sont souvent à l’origine de dystocie.

-une première anomalie peut être par exemple l’étroitesse du bassin ou encore des momification des foetus ou encore les disproportions foeto-maternelles.

Notons cependant que les positions du foetus décelés par radiographie ne sont pas un bon signe précurseur de dystocie car elles peuvent parfois changer au dernier moment (rotation de 180 degrés).Une échographie utérine et d’apprécier la vitalité des chiots par la visualisation de leurs battements cardiaques.

 

www.sosveterinaires.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*